Assad : "pas de paix sans le Golan"



Jimmy Carter, ancien président des Etats-Unis, et Bashar el-Assad, président de la Syrie.
Photo: AP , JPost


L'ancien président des Etats-Unis Jimmy Carter a rendu visite au président syrien Bashar el-Assad samedi. Il a ensuite déclaré que les relations américano-syriennes s'amélioreraient sûrement sous la présidence de Barack Obama, et a exprimé l'espoir de voir leurs relations diplomatiques complètement rétablies.



Carter a affirmé qu'il avait discuté avec Assad de la possibilité de réouverture de l'école américaine et d'un centre culturel américain à Damas. Ils avaient été fermés par les autorités syriennes suite à un raid meurtrier de l'armée américaine dans un village du nord de la Syrie en octobre dernier.

Jimmy Carter a déclaré qu'il "était très confiant" quant à l'intention d'Obama d'honorer les promesses faites pendant sa campagne. "Je suis sûr que la situation entre les Etats-Unis et la Syrie va s'améliorer dès que le président élu.

Depuis l'assassinat à Beyrouth en 2005 du Premier ministre libanais Rafik Hariri, Washington a également retiré son ambassadeur de Damas.

Assad a déclaré qu'il savait Israël sincère dans sa volonté de faire la paix avec la Syrie, mais a insisté sur le fait qu'aucune" véritable paix" ne serait atteinte jusqu'à ce qu'Israël se retire des territoires arabes qu'il occupe en Syrie, au Liban et dans les territoires palestiniens.

Carter doit maintenant rencontrer le dirigeant du Hamas exilé, Khaled Mashaal.

1 commentaires:

  echos-vox-m-dias

14 décembre 2008 à 02:28

essai